dans Restaurants

La restauration est en mutation profonde ces dernières années. Pas un jour ne commence sans voir l’ouverture d’un nouveau concept dans notre joli royaume.

Enfin sous le vocable « concept » on fourre absolument tout ce qui passe et généralement l’originalité consiste à faire un truc qui ressemble sauvagement à quelque chose que l’on a vu ailleurs mais en changeant une ou deux virgules pour améliorer la chose fondamentalement. Donc si on analyse avec un peu de recul, beaucoup de choses se ressemblent dans une influence scandinavo-dépressivo-minimaliste où l’on trouvera des plats sans gluten ni lactose, des Vins natur.e.s, de l’eau du robinet filtrée au prix du caviar et du personnel de salle tatoué, piercé et qui n’a pas mis à jour son logiciel « sourire 4.5 » ou alors il y a un bug.

Mais tout n’est pas désespéré et uniforme ; il y a des gens qui font des choses bien dans leur coin. Prenons Joël Geismar lorsqu’il ouvre son carafe à manger il y a quelques années c’est dans un esprit réellement novateur. La cuisine est celle que l’on aurait pu déguster chez soi si nous étions encore capable de cuisiner pour le plaisir, des choses simples, hyper goûteuses ; des plats mijotés. Le cadre : un ancien garage automobile, c’est vaste, post-industriel ; meublé de bric et de broc, tout en préservant une cohérence certaine. Il y a même une caravane dans un coin, totalement ouverte aux aventures des enfants.

Depuis quelque temps l’homme a changé sa formule, au lieu de recevoir les plats à table, tout est présenté en buffet dans la cuisine ouverte. Il n’y a qu’à se servir dans Les grosses cocottes « Le Creuset » pour piocher des légumes fondants, bien cuits, des viandes mijotées. Et puis, Le chef et Le patron jouent à créer des plats qui ont l’air de mais qui en fait ne le sont pas. Oui, je sais, ce n’est pas clair. Je vous donne un exemple : un croque-monsieur qui est en fait pané et frit et fourré à la tartuffata. Lors de mon dernier passage je me suis ému les papilles autour de joues de bœufs confites au vin rouge, d’une salade de courge et betterave (on ne peut pas échapper à tous les gimmicks du temps même quand on est aussi sincère que le boss).  Les desserts sont justes somptueux tel ce riz au lait et le caramel au beurre salé… mon régime fait la gueule mais mes neurones baignent dans le bonheur un peu gras.

La carte des Vins est courte et sympa, abordable et pas uniquement natur.e.s; elle se double en plus d’une belle sélection de bières locales ou presque où l’on trouve quelques fleurons qui rendent le jus de Gambrinus si particulier chez nous. Ha oui, avant que je n’oublie, le buffet est à 18 € pour les adultes et à 10€ pour Les enfants jusqu’à 12 ans. C’est juste hallucinant à ce prix-là. Je vous l’accorde, il s’agit du genre d’adresse qu’il ne faudrait pas révéler sous peine de ne plus y trouver place. Mais, que voulez-vous ; si je ne vous le raconte pas, à quoi je servirai alors ? Sur cette question fondamentale, il me reste à vous souhaiter de foncer au plus vite et à penser à téléphoner avant.
Ps: Le brunch des samedis et dimanches est, déjà, monumental tout simplement. Allez houste !

Garage-à-Manger : 185, rue Washington 1050 Ixelles – Tél 02/880.67.74

http://garage-a-manger.be

Articles recommandés

Laisser un commentaire

0