dans melting pot, Restaurants

Histoire de bien commencer l’année, je vais faire un petit retour sur un épisode marquant de 2017.

Pour évoquer l’année écoulée ; comment ne pas évoquer la gifle que la gastronomie francophone s’est prise de la part du guide Michelin dans son édition BeLux 2018. Dans la distribution de nouvelles reconnaissances, juste une seule nouvelle étoile à Bruxelles : L’Ecailler du Palais Royal et une seule en Wallonie : Bistrot Racine à Braine-le-Château.

Le microcosme s’est mis à vibrionner instantanément, et, bien entendu, la dimension communautaire s’est invitée au débat. Le « tout pour le Nord » en filigrane même pas fin est arrivé sur la table, sans oublier la sempiternelle complainte du marché du pneu. Ces arguties ont peut-être lieu d’être. Ou pas. Allez savoir. Les restaurateurs aiment voir le guide rouge comme les élèves attendent leur bulletin en fin d’année. Et les pétés vont ensuite se plaindre de la vilenie des profs. Si au lieu de ronchonner la filière se posait quelques questions ? Pourquoi réclamer de l’objectivité de la part d’une institution privée, dont personne ne connaît les critères réels de choix ? En effet, le guide assume ses choix en…ne les expliquant pas. Un peu à la manière de la Queen Mum : « Never explain, Never complain » et ça marche depuis plus d’un siècle alors pourquoi changer ?

Ensuite, ne serait-il pas temps de se demander si un peu d’originalité réelle, je veux dire par là de la personnalité, un style propre, ne serait pas le bienvenu ? Non que je sous entende que tous les chefs regardent par-dessus l’épaule de leurs voisins, mais j’avoue que je fatigue un peu des Yuzu, Calamansi et autres, de la betterave rouge, qui est à l’époque ce que le moelleux au chocolat fut aux années quatre-vingt et autres légumineuses oubliées « revisitées »…Ceci sans oublier les tables sans nappes avec les couverts placés ensemble à droite etc etc. Moi qui passe ma vie au restaurant, il m’est parfois difficile de me souvenir de ce que j’y ai mangé tant les plats sont interchangeables. Le moment est peut-être venu d’être soi-même sans vouloir être la copie de ce que nous montre la télévision.

Parce que, comme chacun le sait, la télé n’est pas la réalité. Même si certains chefs ont été cette année jusqu’à y promouvoir le faux-gras. Au moins, pour le coup, c’était original…

Derniers articles

Laisser un commentaire

0