dans Restaurants

Ne pas avoir les boules

Pas évident comme lieu de villégiature pour un restaurant que le sommet d’un des monuments les plus visités du royaume par les touristes. Il faut dire que depuis le lifting de la grosse dame, les choses ont bien évolué.

Pour pénétrer dans le saint des saints, il faut d’abord passer par la case caisse et prendre un ticket, gratuit en l’occurrence, pour accéder à l’ascenseur. Lors de sa construction, il s’agissait du plus rapide d’Europe, et encore aujourd’hui, grâce à son plafond transparent il y une sacrée sensation de vertige.

Une fois au sommet, il vous reste une volée de marche à escalader et à vous la vue panoramique magnifique sur le nord de Bruxelles. On imagine mal que l’ensemble du parc, soit 200ha, a été acheté à l’origine par Léopold II à titre privé. Une première exposition universelle dans les années 30 et une seconde en 58 feront la réputation définitive du plateau du Heyzel.

Le restaurant de l’Atomium, contrairement à la majorité des restaurants dans les monuments publics, joue la carte gastro intelligente à fond. Cela commence par l’accueil, un vrai accueil, chaleureux, empathique, par une jeune femme vraiment souriante. C’est devenu tellement rare aujourd’hui en Belgique que cela vaut la peine d’être souligné. Une fois installé, face à la vue, les cartes arrivent. Il s’agit de tablettes informatiques, fort bien structurées. Le contraste avec le lieu vieux de plus de 60 ans est assez fort.

En grignotage un jambon basque séché du sud-ouest, Kintoa (aop) de chez Pierre Oteza, et un filet de bœuf fumé à froid de la maison Lesage plutôt à la mode en ce moment à Bruxelles, mais fort bon néanmoins, coupé assez épais à la Berkel Mécanique. En plat, mon convive a attaqué un duo de solettes « ostendaise » et moi un cabillaud demi-sel, jus waterzooi, moules de bouchot. Les deux étaient parfaitement cuits, savoureux, riches, tout en préservant leur simplicité.

Le chef n’a pas eu le temps de venir nous voir et donc je ne suis pas à même de vous raconter les aventures de ce restaurant assez proche des étoiles. Quoi qu’il en soit, j’ai fort fort bien mangé, le service était souriant, efficace, et, ce qui ne gâche rien la carte des vins est fort belle, tout en restant relativement raisonnable au niveau des tarifs. Bref, vous n’aurez plus d’excuse pour ne pas connaître le sommet de l’Atomium ce qui est le cas de bien trop de Belges encore aujourd’hui.

 

Atomium Restaurant, Square de l’Atomium, B-1020 Bruxelles

02/ 479 58 50

restaurant@belgiumtaste.com

Articles recommandés
Showing 2 comments
  • Pascale
    Répondre

    Bonjour, j’adore l’Atomium restaurant. J’y suis allée une première fois seule, un dimanche pour mon anniversaire. Ma famille n’était pas disponible ce dimanche là et je ne voulais pas rester seule; que du bonheur. J’y suis retournée 2 ans après avec ma famille et ce fut encore un grand moment de plaisir. Je suis déjà très fan de l’endroit, mais comme tu le dis, l’accueil et les plats sont autant de bonheur, pour un prix abordable. Là, juste envie d’y retourner…. de plus, on peut facilement y aller en train.

  • Greg
    Répondre

    J’y retournerais bien, tu m’en donnes envie, la dernière fois – il y a un bail – le resto était encore géré par Adrienne… et la boule tournait sur elle-même pour offrir une belle vue sur la ville! C’est toujours le cas?

Laisser un commentaire

0