La Belgique brasse, beaucoup, les brasseries, même si le mouvement tend à se ralentir, éclosent comme des champignons après une pluie automnale…petit tour d’horizon de quelques nouvelles réalisations bien de chez nous.

Rappel de quelques faits à propos de la bière en Belgique

La consommation de bière est en baisse constante depuis trois décennies. Ce qui signifie que, pour les nouvelles micro-brasseries, l’avenir économique se situe quelque part entre le sacerdoce et la vie basée sur l’amour et l’eau fraîche. Où alors l’exportation, mais cela demande des moyens conséquents, des productions importantes, et des clients disposés à payer un rien plus cher leur bière. Certes, la baisse de consommation affecte principalement les blondes basiques, la disparition des lieux de vie tels les bistrots de quartier, l’interdiction de fumer, les diverses réglementations et lois édictées chaque jour, tout cela joue à un changement global des habitudes des consommateurs.

 

Pour nous la bière est juste une boisson, et même si nous buvons de plus en plus de bières spéciales a des prix relativement plus sérieux à la maison, nous n’achetons pas encore les bières très chères, le belge n’a pas l’habitude de payer les produits de consommation courante au-delà de leur juste valeur. Le rapport prix plaisir reste un fondamental en matière de choix. Même si la boboisation de la bière, un phénomène essentiellement urbain à l’heure actuelle, permet à certaines entreprises de tirer leur épingle du jeu, l’économie brassicole reste très fragile. Sachant que les deux acteurs principaux du marché occupent pas loin de 70% des parts de marché, que toutes les Trappistes produites chez nous, représentent 2% des mêmes parts de marché, qu’il y a quelques solides brasseries familiales qui trustent le milieu du classement, il reste assez peu de place pour développer une marque au delà des limites de la sympathie locale. Mais, heureusement pour nos papilles et nos neurones, il y a un tas de passionnés qui se lancent dans la production sans chercher autre chose que le plaisir de créer leur propre bière. Il n’y a pas encore autant de bières que de citoyens dans le royaume, même si le nombre de cuvée explose d’année en année…

 

Bière d’étiquette et bière de brasseur

S’il est bien un sujet brulant et complexe à comprendre pour le commun des mortels dont je fais partie, c’est cette rage qui habite une partie des producteurs vis à vis des gens qui font produire leurs cuvées par d’autres. LA bière est une recette avant tout, un savant mélange de céréales, de levures, de houblons, d’eau et d’épices même si ces dernières ne sont pas systématiquement utilisées. Lorsque l’amateur lambda se sent pousser des envies de production, il s’en va suivre des cours afin de comprendre et de se lancer dans les meilleures conditions possibles. Au départ il brasse dans sa cuisine, en toute petite quantité et puis, si la recette plait a son entourage, l’appétit viendra en mangeant et il voudra en produire un peu plus. C’est là qu’est l’os hélas, selon la formule consacrée ; car une installation de brassage coûte cher, très cher. Et trouver les moyens n’est pas toujours évident. Alors, on va voir quelques brasseries spécialisées dans la question et on fait produire « à façon ». La bière n’est pas pour autant moins bonne, elle juste un rien moins « impliquante » pour ceux qui ont fixé la recette. Que faut-il en penser ? Que c’est une querelle de spécialiste et que je ne suis vraiment pas assez compétent pour vous donner un avis clair et intelligent là-dessus, mais je goûte parfois des bières brassées par les producteurs qui sont mal faites et/ou infectées, et que je goûte parfois des bières dites « d’étiquette » qui sont fort bonnes. Le plaisir doit être votre seul arbitre, et dans le plaisir vous pouvez inclure la rencontre avec les gens qui sont derrière les produits, c’est avec eux que vous construirez votre attachement ou non au produit.

 

Neo Bières

Sous ce vocable, on trouve deux directions. D’une part les nouvelles bières, issues de nouvelles brasseries, qu’elles soient nano, micro, perso ou tout ce que vous voulez. D’autre part on trouve des bières « nouvelles », avec des produits différents, il y a des vagues, comme les IPA, les bières au Yuzu, avec des fleurs, du poivre, du piment, des herbes aromatiques et tout ce qui peut passer par l’imagination des brasseurs lorsqu’ils élaborent leur « soupe magique ». « The sky is the limit » n’a jamais autant été d’actualité qu’en ce moment !

Houblonde

Blonde naturelle / 5,4% vol. / Brassée à la brasserie Brunehaut

17/20

www.houblonde.com

La houblonde c’est un peu la bière mystérieuse, la première bière dynamisée du monde.

Je sais, ça paraît bizarre mais si vous ne me croyez pas, allez donc voir sur le site, vous comprendrez mieux. Au nez, elle est très marquée par les touches caramel du malt, petite pointe de vanille. En bouche c’est rond, fruité et sec à la fois. Très belle découverte, pleine de saveurs et qui plaira à énormément de gens.

Mochenaire

Blonde / 7,5% vol. / Brassée à la brasserie Jandrain-Jandrenouille

17/20

https://www.facebook.com/lamochenaire/

Mochenaire, quel beau nom ! ne vous y trompez pas, c’est un ruisseau qui délimite la frontière entre Fernelmont et Andenne. Votre culture est maintenant alimentée, maintenant passons à la bière. Il s’agit d’une blonde très foncée tirant vers l’ambré, refermentée en bouteille, il y a donc une turbidité relativement importante. Le nez est très parfumé, très agrumes avec un côté floral, ça sent un peu le tilleul. En bouche, c’est compact, bien équilibré avec un peu de rondeur. L’amertume équilibre bien l’ensemble. C’est une jolie découverte.

Super sanglier

Blonde / 4,5% vol. / Brassée à la brasserie Minne

17/20

www.brasserieminne.be

Il y a comme dans tous les métiers, brasseur et brasseur. Ceux-ci sont du genre à tête chercheuse. Non seulement ça brasse et pas que du vent croyez-moi mais en plus, ils sont à la pointe en matière de tendance.  Cette bière est tout ce que l’on a envie de boire en ce moment. C’est frais, joyeux, très floral, avec une amertume plutôt basse et surtout il faut le remarquer un degré d’alcool très bas. Paradoxalement à l’heure actuelle, ses principaux consommateurs ne sont pas des jeunes.

Saint-Jean été

Blonde / 4,8% vol. / Brassée à la brasserie Anders pour la brasserie Saint-Jean

17/20

http://lesbieressaintjean.strikingly.com

Une vraie belle surprise qu’est cette St Jean d’été. Le piment revient en fin de bouche et contrebalance l’amertume et donne un côté rond à l’ensemble, plutôt charmant. Un vrai succès pour cet été !

Douffe

Blonde / 8% vol. / Brassée à Authentique brasserie

17/20

https://www.douffe.be/

Elle est blonde, franche, fruitée et tonique. Comme on dit chez moi, une bonne douffe n’a jamais fait de mal à personne. Mais celle-là est plutôt du genre bonne et donc elle fait forcément du bien. La bouche est très ronde, très accessible, la bière qui vous déclasse sans avoir l’air d’y toucher.

Saqwé

Saison / 6,5% vol. / Brassée à la brasserie de la Rogère

16/20

www.larogere.be

La saqwé est une saqwé, c’est évident. Comment ça vous ne savez ce qu’est une saqwé ? allez donc vite vous remettre au wallon parce que pour goûter la saison, ça me paraît un minimum vital. La saqwé c’est quelque chose. Une jolie saison relativement classique à base de malt d’orge et d’épeautre, houblonnée à cru. Y a pas à dire, elle claque bien en bouche comme une vraie saison et est vraiment rafraîchissante.

Chinelle

Ambrée / 6,5% vol. / Brassée à la brasserie de Franchimont

16/20

http://www.brasseriedefranchimont.com

C’est plutôt bien fait. Dans le style ambré avec tout ce qu’il faut là où il faut, des rondeurs, de la longueur, un peu d’amertume. C’est pas le genre de bouteille pendant les 12h de la Chinelle mais après pour me reconnecter à la vie, je pense que ça sera parfait.

Bestiale

Blonde / 6,2% vol. / Brassée à S. Charlier

16/20

http://bestiale.be

Les bières souvent du moins lorsqu’elles sont issues de brasseries de petites tailles ressemblent à leur brasseur. Et celle-ci est parfaite dans la série mimétique. Le géant roux qui l’élabore propose une bière rousse assez géante, histoire de réveiller la bête qui sommeille en nous, la bestiale blonde serait plutôt genre blond vénitien. Ça se boit sans difficulté, c’est épicé, rond et surtout tout en finesse.

Legia

Pils pur mal à l’ancienne / 5,5% vol. / Brassée à la brasserie brasse&vous

16/20

www.brasse-et-vous.be

la legia n’est pas étrangère mais elle est franchement du genre donneur de plaisir.

Qu’est-ce que c’est bien fait. Simple, toute droite, bien équilibré, avec une jolie amertume en fin. Le genre de bière qui rend heureux avant de faire plaisir.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

0