La couleur est annoncée dès l’enseigne, même si les végétariens peuvent trouver leur bonheur, il vaut mieux être carnassier assumé pour s’asseoir ici même si ce n’est pas à la mode.

Le cadre est tout simple, minimaliste, comme pour évacuer toutes les traces du passé. C’est que l’endroit fut il y a longtemps, le repaire des oiseaux de nuit qui sortaient de Forest National ou de leur boulot. La viande était déjà le point de ralliement des clients. C’est la seule chose qui n’a pas changé. Pour le reste, faisons du passé table rase et avançons semble être la devise intelligente des patrons.

Il existe un autre établissement du même nom du côté du quartier européen décrit il y a peu comme un nid d’espion par un « grand » quotidien étranger, ce qui a bien fait rire le patron. Celui où je me suis attablé cette fois se situe au coin de la chaussée d’Alsemberg et de l’avenue Messidor.

Les grandes baies vitrées laissent entrer la lumière à grands flots en journée et la vie nocturne plutôt calme du quartier le soir.

La salle est vaste, les murs sont tout simples, pas alourdis par une tripotée de trucs comme on le voit souvent chez nous. Non, ici, la place est faite pour que la cave vitrée soit l’objet de toutes nos convoitises.

La patronne est à l’accueil, toute fine et légère, mais ne vous fiez à sa fragilité apparente, elle sait ce qu’elle fait et vous dirige l’air de rien vers les rivages qu’elle a envie de vous faire découvrir.

La carte est large, ouverte autour de la viande de bœuf argentine. Oui, pas la brésilienne ou l’américaine à la javel et aux hormones, l’argentine probablement la meilleure du continent. Mais il ne s’agit pas que de viande, il s’agit aussi de cuissons originales comme là-bas.

Laissez-vous aller à la découverte, pas besoin d’être un viandard mangeur de 600gr de viande à chaque repas, on commence avec des pièces à 200gr ce qui est déjà fort bien. Les cuissons sont top, évitez de demander du bien cuit, je crois que cela ferait pleurer le chef.

L’autre raison de vous rendre dans ce restaurant se situe au niveau de la carte des vins. Là, c’est du haut vol, il semblerait qu’il s’agisse de la passion du mari de madame. Et bien, quelle belle passion, c’est tout bonnement hors normes pour ce niveau de restauration. Il y a de tout, et pas que du sud-américain loin s’en faut. Les références s’enchaînent sans coup férir, et les prix sont vraiment attractifs, voire, pour certains, des aubaines.

En résumé, ne vous attardez pas au côté minimaliste de la déco, laissez-vous aller devant votre assiette et offrez-vous l’un ou l’autre joli flacon que vous ne trouverez pas forcément ailleurs au même prix, voilà toutes les bonnes raisons de foncer ici.

Meet Meat

Chaussée d’Alsemberg 541

1180 Uccle

www.meetmeat.be

Tél : 02/219 16 52

Recent Posts

Leave a Comment

0