Une nuitée pas comme les autres…

Dans quelques semaines Le Tour de France s’élancera de Bruxelles. Il faut habiter dans le dernier îlot des Tuamotu pour ne pas le savoir.  L’étape du lendemain partira de Binche.

Et si pour éviter les files et la cohue matinale vous alliez fermer les paupières vers Mons ? Une chouette idée en fait. Je vous explique. L’hôtel n’est pas nouveau, mais il vient d’être repris en main par le groupe John Martin. Ce qui est un gage de qualité.

Dans une ancienne église, avec quelques dépendances, l’endroit est malgré sa taille imposante bien caché, intriqué qu’il est au milieu du centre de la cité du Doudou.

Même en levant bien les yeux, il est compliqué de bien se rendre compte de sa taille réelle. Si je peux vous conseiller un truc, demandez une chambre au troisième étage, et tout particulièrement la Carnaval.

Si vous êtes fan de petite reine, vous devriez en trouver une autre à votre goût quoi que nettement plus petite juste à côté.

Ce troisième étage a pour particularité d’être thématique. Chaque chambre évoque la Belgique, qu’il s’agisse de l’Expo58, des saveurs des frit’kot, pardon en langue actuelle on doit dire « food truck », mais c’est la même chose et un tas d’autres choses.

Lors de mon séjour, connaissant mon amour immodéré pour la chose carnavalesque, j’ai donc reçu celle qui en traite. A la manière de la région du Centre hein le Carnaval.

La déco est toute simple, les tables de nuit sont des tambours, la table du salon…une grosse caisse. Le lustre est orange et rond, une immense tenture reproduit une photo de cortège carnavalesque. Au mur, entre les montants de fenêtres gothiques flamboyantes sans vitraux paresse une apertintaille et une paire de sabots, bref, vous êtes bien au pays des gilles. Mais la surprise est en deux temps.

Lorsque qu’après une belle nuit vous vous levez et que vous tirez les rideaux et tentures, la fenêtre est le sommet de l’arc d’ogive d’une immense baie du même style que les fenestrons de la tête de lit. C’est à couper le souffle. Ces pierres que l’on peut toucher, là où seuls les yeux se posaient pendant des siècles, c’est magique. Presque étrange, comme si vous arriviez sur le chantier au milieu des compagnons bâtisseurs et des maçons détenteurs des secrets de l’époque.

Bref, ce n’est pas tout à fait une nuit comme les autres que vous passerez là, et, comble de bonheur, les environs regorgent de chouettes endroit pour prendre un petit-déjeuner riche en produits locaux et savoureux.

N’hésitez plus à devenir des touristes d’un jour dans notre jolie Wallonie, il y a des tas de joyaux cachés tels celui-ci à découvrir.

Martin’s Dream Hôtel

Rue de la Grande Triperie 17

7000 Mons

Tél : 065/32 97 20

https://www.hoteldream.be

Recent Posts
Comments
  • Bertrand
    Répondre

    J’aime ‘les tas de joyeux cachés…’. Il est vrai que des joyaux peuvent aussi être joyeux.

Leave a Comment

0