Ca sent le sapin, c’est certain, encore quelques jours et l’année sera défunte. Alors autant la terminer en beauté. Toucher aux étoiles ; quand elles sont dans l’assiette elles sont aussi dans la tête…

C’est une maison basse, accrochée à la plaine de la région montoise, n’essayez pas peur de venir à pieds, ceux qui vivent là ont les clés, mais la porte est ouverte. Il vaut mieux d’ailleurs, c’est un restaurant.

Carlo, le patron, fait partie de la caste, rare, des meilleurs sommeliers de Belgique. Il a gagné le concours il y a quelques années et, franchement, il est un des plus discrets de la lignée alors qu’il est un des plus talentueux. C’est un homme rare, avare de mots, mais pas d’humour parfois piquant, qui aime partager ce qu’il aime, mais il ne faut pas jouer avec ses pieds.

Pour vous donner une idée, un jour des clients l’ont ennuyé à propos de la musique de fond ; d’aucuns voulaient du jazz, d’autres du classique etc etc. L’homme n’a fait ni une ni deux, il a débranché le système de son et depuis il n’y a plus de musique d’ambiance dans le resto. Faut pas le chercher le Carlo, Zecchin c’est un patronyme qui fleure bon le sud, et il y a le caractère qui va avec. Mais la cave dotée de plus de 1500 références en remontrera aux plus pénibles des œnophiles c’est sûr.

Côté fourneaux, ça dépote pas mal aussi : le chef Didier Bernard et Lydia Glacé, Lady Chef of the Year, excusez du peu, se démènent pas mal pour que vos papilles finissent par demander grâce. Ici, on cuisine « généreux » pas « chichiteux », les portions sont boraines, mais les saveurs sont de partout. Il y a quelques classiques qui ne peuvent pas quitter la carte sous peine d’émeute de la part de la clientèle. Parce qu’elle est fidèle.

On ne vient pas ici pour frimer auprès de ses potes en énonçant fièrement la liste des restaurants à la mode que l’on a « fait » plus ou moins récemment. On vient ici pour manger, un peu comme on se rend en pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle (aux chicons en l’occurrence). On vient rendre grâce aux produits, à la maestria de la cuisine et aux accords sublimes concoctés par le patron en salle.

Si vous vous y rendez, découvrez le homard carbonara. Il m’a tué. Sans oublier un tas d’autres monuments grandioses. C’est un de mes plus beaux moments à table de l’année, si pas des dernières années. Quel bonheur de terminer la course sur une telle note.

Les Gourmands

15, rue de Sars

7040 Blaregnies (Mons)

Réservation uniquement par téléphone au 065/56 86 32

http://www.les-gourmands.be

Recent Posts

Leave a Comment

0