Le Félicien

Notre beau royaume possède dans son Panthéon quelques héros à l’aura un peu sulfureuse. C’est le cas de Félicien Rops, un des Namurois les plus célèbres du monde.

Vous connaissez tous cette fameuse Pornocratès. Un hymne à l’humour décalé tellement belge, et une de ses œuvres majeures. Mais Rops est aussi, depuis peu, une salle de vente gigantesque située dans un immense bâtiment un peu à l’extérieur de la ville.

Et Félicien, est une brasserie-restaurant située au rez-de-chaussée de cet immeuble.

Vu de l’extérieur, tout ce béton, c’est moyennement excitant, surtout sous un bon crachin hivernal. Mais je suis certain qu’aux beaux jours, sous le soleil, la terrasse sera The Place To Be du sud de la capitale wallonne.

Une fois de plus dans notre beau pays, le plumage et le ramage sont vraiment différents. Une fois la porte poussée, l’espace qui s’ouvre à nos yeux est juste énorme. A gauche un espace plus cosy entoure une tour/cave à vins toute vitrée.

Tout au fond à gauche, le bar tient presque l’entièreté du fond de la pièce. C’est vaste, et dans un style combinant de manière très subtile les vieux meubles et une déco post-industrielle.

Les baies vitrées donnent pour l’instant sur les parkings environnants, mais tout cela est tout neuf et dans quelques mois la végétation prendra ses droits et comblera les espaces. Quoi qu’il en soit, la lumière entre à flots, ce qui est très agréable. Le service est précis et très efficace.

La carte des boissons est pléthorique, et à même le bon goût de présenter le vin du voisin, le domaine du Chenoy, à la coupe en apéritif, sans oublier la gamme de vins, ainsi que les vins du Clos du Chapitre nivellois. Bref, des produits locaux, tant liquides que solides à la carte. Que des bonnes idées en résumé.

A propos de la carte des mets, elle est très courte mais complétée par une formule « menu du jour » très dynamique. J’ai dégusté un vol au vent bien savoureux, moelleux et bien assaisonné. Bon, d’accord, ce n’est pas vraiment un vol au vent, c’est plus proche d’un waterzooie avec un morceau de feuilletage posé à côté, mais c’est vachement bon quand même. Mes camarades de table se sont dirigés vers un filet américain sur la palette du peintre. C’est un rien kitsch mais c’est ludique. Une palette en faïence, et dans les alvéoles destinées aux couleurs, il y a les ingrédients qui permettent d’assaisonner la viande.

En résumé, voilà une belle brasserie qui mérite que l’on s’y arrête histoire de profiter de temps qui passe comme on sait encore le faire chez nous.

Le Félicien

Brasserie-Restaurant ouvert 7/7

Av d’Ecolys 2B3

5020 Suarlée

Tél. 081/395323

http://www.brasserie-restaurant-lefelicien.be/fr

Recent Posts

Leave a Comment

0