Toit toit mon toit, toit toit mon tout mon roi… Bon d’accord, ce n’est pas vraiment les bonnes paroles, mais pour une introduction ça tient la route.

Le long d’une grand route qui tient plus de l’autoroute urbaine rétrécie au fil du temps que du chemin vicinal, dans une longue série de maisons deux façades, vous apercevrez une vache rouge taille réelle. Ne cessez pas de boire pour autant, ce n’est pas une hallucination, c’est juste une enseigne. La Vache sur le toit, et pas brûlant pour le coup, c’est le nom de l’endroit. Pas tout à fait un restaurant végétarien il faut bien l’avouer, mais pas uniquement consacré à la bidoche, vous pouvez y aller avec votre grand fils adolescent sans risquer de le voir se nourrir uniquement de serviettes en papier.

La maison, genre grosse maison bourgeoise de la fin du XIXème siècle, se partage en deux zones. A droite en entrant, un bar fort fort fort bien garni. J’ai comme l’impression que l’on ne doit pas forcément s’ennuyer lorsque l’on passe une soirée entre amis fêtards là-bas. A gauche les deux salles de restaurant. Garnies de couleurs plutôt intenses, et chaudes, on sent directement que l’on n’est pas arrivé d’un gastro-minimaliste où l’on mange des fleurs et des légumes oubliés (vous savez pourquoi on les nomme ainsi ? Parce qu’il fallait les oublier) L’accorde jeune femme au service lors de notre passage n’est que sourire et gentillesse. Elle gère sa salle de main de maître, avec des petits mots gentils à toutes les tables sans pour autant pouvoir prendre le temps de séjourner longuement au bord des dites tables. La carte est simple, carrée, sans entourloupe ni chipotage, mais éclectique l’air de rien.

Mon convive et moi n’avions pas très faim, nous avons donc pris un plat en direct. Pour lui une salade César, et pour moi tartare de boeuf à l’italienne. C’est peu de dire que les portions sont généreuses, on pourrait tranquillement employer garguantuesques pour être plus proches de la vérité. Et ma foi, les deux plats étaient fort bien assaisonnés, cela faisait mieux que tenir la route, c’était honnête et droit.

La carte des suggestions affiche bien la couleur ; une cuisine typée de la fin des années nonante, généreuse adaptée à cette partie du Brabant Wallon bon chic bon genre. Au niveau de la carte des vins, les suggestions de la semaine sont bien entendu toutes BIO et tarifées plutôt raisonnablement. Bref, une jolie expérience due au plus beau des hasards ; je vous souhaite de la vivre à votre tour.

La Vache sur le Toit

Grand’Route 262

1428 Lillois-Witerzée

www.lavachesurletoit.be

Tél: 02 385 36 5

Recent Posts
Showing 3 comments
  • Mannerie
    Répondre

    Cela fait des années que je crie que leur tartare italien est …. Trop top

  • Willy Geerinckx
    Répondre

    You are the best or the « beast » maiby,we will see « you later aligator « 

  • Morales Vazquez jennifer
    Répondre

    Un super endroit.
    Que ce soit en tête a tête, en famille ou entre amis, on y est toujours bien accueilli et toujours bien servi.
    Et ne parlons pas du burger Rossini ou du tartare de boeuf au foie gras, une vrai tuerie.

Leave a Comment

0