C’est le genre de surprise heureuse qui éclaire une journée. J’avais un rendez-vous dans le coin, l’endroit où nous devions nous retrouver étant fermé, un autre nous a refusé parce qu’il était 13h30, mon convive m’a donné rendez-vous là-bas. Quel coup de bol !

Une grosse maison en briques apparentes posée au bord d’une grand route. Le grand parking permet d’entrer directement par un sas protégé par une tôle d’acier Corten. L’accent est posé dès le départ, la décoration est originale, subtilement décalée, aérienne. C’est le genre d’endroit où l’on se sent directement à l’aise. Allez, pour mes vieilles oreilles le volume de la musique de fond est un poil trop élevé, mais il m’aurait suffi de demander que cela change pour que cela fut fait. Parce que le service est aux petits soins sans en faire trop.

L’accorte responsable de salle est non seulement souriante, mais elle est dotée d’un solide sens de la répartie qui fait mouche à chaque fois et crée un vrai lien avec les clients en un clin d’œil. En dehors de sa décoration qui mérite vraiment que l’on s’y attarde, l’endroit repose sur un concept original autour des pâtes. Il y en a en entrée, en plat et même en dessert. Mais si vous y allez pour un spagh bolo ou une bonne carbo pleine de crème et de lardons médiocres, vous vous trompez d’endroit. C’est que ce jeune chef, en fait pas si jeune que cela, a roulé sa bosse parmi les plus belles brigades de cuisine de la planète, terminant comme second au Bristol d’Eric Frechon. Partant de l’adage « qui peut le plus peut le moins » Guillaume Gersdorff a créé un concept original, présentant 2 entrées, 2 plats et de 2 desserts, qui changent chaque mois, toujours autour des pâtes fraîches. Et chaque jour un lunch à 24€ qui vaut à lui seul le déplacement.

Lors de mon passage, en entrée il y avait un morceau de pastèque rôtie, un ravioli à la tapenade d’olive et fruits rouges, une crème de feta et en plat un dos de cabillaud rôti, des pâtes au parmesan et aux giroles. Superbe tout simplement : les cuissons parfaites, et les saveurs qui explosent en bouche. La carte des vins est courte et a en plus comme particularité de ne présenter aucun millésime. Quelques vins au verre, dont, lors de mon passage un carignan qui décoiffe.

Bref, franchement, si vous ne connaissez pas encore, va falloir s’agiter sous peine de devenir la risée de vos amis. On fonce !

Kookin

Chaussée de Charleroi 40

1360 Thorembais-Saint-Trond

Tél. : 081 34 49 97

https://www.kookin.be

Recent Posts

Leave a Comment

0