In melting pot, Restaurants

Longtemps, trop longtemps, le goût de la cité sambrienne s’est résumé au gris de la poussière des aciéries fermées, des verreries ruinées et des charbonnages laissés aux vents mauvais. Mais la vie est un cycle perpétuel et comme après la pluie vient le beau temps, après le vide, la ville renaît petit à petit.

Certes, tout n’est pas encore terminé, mais cela sent bon la lumière, l’embellie. Charleroi n’est pas qu’une série de quartiers plus ou moins en ruines, Charleroi c’est aussi un tas de saveurs, d’odeurs de bouffe bien locale.

A Charleroi on mange des vitoulets, à la sauce tomate et frites, ou alors mau’stitchi au mitan d’un bouquet d’pwain, à la William Dunker, ou alors avec du rata.

A Charleroi on mange des « cras boyas », grillés, avec un tour de poivre, et une Bisou M’chou en accompagnement.

A Charleroi, on va chez Duche pour manger un tiercé.

A Charleroi, à la Manufacture Urbaine on brasse, on cuisine, on fait du pain avec les drèches de la bière.

A Charleroi, depuis toujours, même dans les temps les plus gris, on mange la vie à pleines dents, avec les accents des pays où sont nés les grands-parents, les parents. On mange italien, turc, grec, espagnol, local aussi, mais toujours on se tutoie.

A Charleroi, on se souvient parfois d’un sauret et des canadas de Bob Dechamps, avant de réécouter pour douze millième fois Joseph a Messe.

A Charleroi on vit dans le présent, on adore Kid Noize, on va au Rockerill, on est dans la capitale culturelle de la Belgique parce qu’ici la vie est à tout le monde.

A Charleroi la nuit est parfois interlope, mais elle se termine aussi à la Cuve à Bière et chez Robert La Frite pour éponger les trop pleins, qu’ils soient de Pils ou de vie. Et puis, au petit matin, on se quitte en se faisant une baise, parce que c’est s’t’ainsi !

 

Eric Boschman

Né il y a longtemps à Charleroi

Recent Posts
Comments
  • Brice
    Répondre

    Quelles belles paroles. Ça me touche d’autant plus que je partage les mêmes origines. Merci Eric et… gros bètches comme on dit ici !

Leave a Comment

0