In Restaurants

J’adore le mot bistro. Savez-vous qu’il viendrait des hussards russes qui entraient dans les auberges françaises après la défaite de Waterloo et voulaient ainsi activer le service ? Bistro signifierait rapide. Allez, à cheval et on fonce !

 

Quoi qu’il en soit de l’origine du mot, bistro dans le monde bobo a donné « bistronomie » un mot valise déjà ringard lors de sa naissance. Un mot dans lequel personne ne s’assume, ni le bistrotier, ni le gastronomique. Au nom de cette pseudo attitude combien de crime de lèse papilles n’ont pas été commis ? Combien de vol-au-vent, de blanquette, de poularde rôtie à la médiocre ou carrément à la con ? La bistronomie aurait été « inventée » au milieu des années 90 à Bruxelles, dans des établissements tels Le Pain et le Vin qui pratiquaient la chose à la manière de monsieur Jourdain sans s’en rendre compte. Puis Pèèèèèèèèris est passé là-dessus et le monde entier a éternué.

Mais là, pour une fois, j’ai l’impression que le mot serait, pourrait allez, être justifié. Allons avenue Emile de Beco à Ixelles, une artère un peu au milieu de nulle part, ou pas loin. La terrasse sur le trottoir, les bus, enfin la vie bruxelloise quoi. A l’intérieur, la déco est du genre contemporaine style bistro, ça tombe bien. C’est un peu bruyant. Le service est rapide, sans chichis mais souriant, ce qui est devenu une denrée rare aujourd’hui. La carte quant à elle, n’a rien à envier à de nombreux « gastros » du royaume. Certes, difficile d’échapper aux gimiks du temps, il y a des burgers, des bagels et des boulettes à tous les goûts et saveurs.

Mais il y a aussi de la vraie cuisine soyez rassurés. J’ai un souvenir de la bouillabaisse maison à se damner, le stoemp maison est une tuerie, et si vous n’êtes ni végan, ni allergique au blanc de bœuf, il y a le carpaccio de bœuf maturé fumé au foin et au hêtre et les frites maison. Oui, je sais, les frites devraient toujours être maison, comme la mayo et un tas d’autres choses basiques mais ça c’est une autre histoire.

La carte des vins est courte et n’est pas composée que de vins natures, il y a moyen de se faire plaisir sans souffrir. Ajoutez-y une belle sélection de bières plus ou moins locales et vous aurez déjà une belle idée de l’endroit.

Dernier détail, mais qui a son importance : ne vous limitez pas à la carte, le tableau des suggestions vaut largement son pesant de cacahuètes et démontre à lui seul le côté élaboré de la cuisine. Il ne vous reste plus qu’à vous y précipiter. Pigé ?

 

Emile Bistro 22, avenue Emile de Beco à 1050 Ixelles. Tel 02/6429629

Recommended Posts

Leave a Comment

0