L’époque est au voyage immobile, les marketeurs ont inventé un mot valise pour « angliciser » et rendre un peu plus « glamour » notre immobilisation virale. Restons chez nous ou, à tout le moins, pas très loin.

C’est le moment de redécouvrir ces régions si chères à nos cœurs, ces pays que l’on aime tant détester parce qu’ils sont plus beaux, plus chauds, plus ceci ou cela, mais où notre esprit chauviniste trouvera toujours une raison de critiquer un peu, parce que bon, si le paradis n’est pas chez nous, pourquoi rentrer un jour…

Et pourtant, des paradis à portée de la main il y en a tant. Il n’est pas besoin de traverser le globe pour trouver des paysages exceptionnels, des saveurs inoubliables.

Le bonheur est dans le « près », cours-y vite, il va filer.

Lorsque l’avion se pose sur la piste de l’aéroport de Perpignan ou lorsque je franchis la petite bosse à hauteur des étangs de Taux, lorsque je m’y rends en voiture, c’est à chaque fois la même émotion. Le Canigou qui se dresse sur l’horizon un peu comme un phare, une vibration étrange qui m’envahit peu à peu, au plus chaud de l’été l’odeur de la sève chaude qui envahit mes neurones, le ciste ladanifère, le thym chaud, les genêts, le vent qu’il soit d’Autan ou marin qui fouette sans cesse les paysages, tout compose le générique de ce moment magique où je rentre chez un chez moi de hasard.

Les Pyrénées-Orientales, les P.O. comme on dit entre nous, un département qui allie la montagne et la mer, les stations balnéaires aux noms qui font briller les yeux aux austères citadelles cathares, les marchands de churros sur le sable aux préparations catalanes traditionnelles des villages de l’intérieur.

Bref, une mosaïque de sensations, d’émotions et de caractères. Les gens d’ici se sont forgés sur le piémont pyrénéen, le long des trois fleuves côtiers, coincés entre Montpellier et Barcelone, bousculés par l’histoire de cette frontière mouvante, dans cette frange nord de la Catalogne. Ils ont le caractère bien trempé, le parler rude, rocailleux par l’accent à la manière d’un torrent de montagne. Perpignan est le centre du monde, du moins c’est ce qu’en disait Dali, et même si ce n’est pas tout à fait vrai, il n’est pas interdit d’y croire.

En un mot comme en cent, les Pyrénées orientales sont un morceau de mes racines. J’ai usé là-bas mes fonds de culotte de jeune sommelier, j’y ai développé des concepts, des « randonnées de vignes en caves », j’y ai aimé aussi. Et j’adore toujours. Surtout lorsque je suis à l’intérieur du pays, loin des foules bigarrées et bronzantes, à l’ombre bienfaisante d’une cave, d’un chai, d’une auberge de village. Je bois, je mange la région.

Et lorsque j’ai reçu une invitation pour la redécouvrir une fois de plus, je n’ai pas pris le temps de réfléchir à quoi que ce soit avant de dire oui. Cela faisait deux ans que je n’y avais plus mis les pieds et je me suis rendu compte dès mon arrivée sur place que j’étais en crise de manque. Les larmes au bord des paupières, les cils embrumés, les neurones en vrac, le cœur qui chamadait tant et plus, j’allais repartir sur les chemins de ma jeunesse.

Curieusement, aucune trace de mes passages et séjours dans le coin hors de ma mémoire. Je n’avais donc pas imprimé ma trace dans le ciel, l’eau des rivières ou les rochers des collines. C’est dingue. C’est peut-être pour cela que je suis tombé en amour de cette région il y a déjà près d’un quart de siècle. Quand je me ballade dans le pays, je suis Cathare, saltimbanque lunaire, vigneron marchant vers le meeting de Narbonne, chasseur d’escargots ou simplement touriste qui ne fait qu’effleurer le paysage du bout des yeux.

J’ai aussi gouté un tas de cuvées dans les environs, au fil des années j’ai dégusté l’évolution des vins, les changements de style, l’apparition d’une nouvelle tendance, l’avènement de quelques producteurs de vin nature, le lent passage des vins doux naturels vers les vins secs, les syrahs triomphantes, la grenache bien épicée, le développement de vins plus délicats. Le bonheur du temps qui passe. Suivez-moi, voici quelques chouettes adresses qui rendent heureux.

Domaines à visiter lors de votre séjour dans la région 

La plupart d’entre eux sont disponibles en Belgique, mais pour plus de certitude je vous conseille de vous renseigner auprès des domaines directement afin de connaître le distributeur le plus proche de chez vous.

Pierre-Marie de la Fabrègue est connu comme le loup blanc, trublion médiatique, pendant de nombreuses années il a eu la primeur du journal de 13 h sur TF1 pour annoncer le début de ses vendanges de muscat qui étaient les première de France. Mais il est bien plus qu’un communiquant et les vins du domaine offrent un palette magnifique allant des secs aux rancios. J’y ai même dégusté un 1950 au verre qui était tout bonnement exceptionnel et tout doux au niveau tarifaire.

Domaine de Rombeau

2, av de la Salanque – 66600 Rivesaltes – Tél. + 33 4 68 64 35 35

http://www.domaine-de-rombeau.com/

Les deux grandes lettres M.A. en cailloux blancs, tirées d’une étiquette des années 30, ornent le pied de la montagne du château de Queyribus et indiquent aux voyageurs où se situe le Mas. Le Mas est la référence qui a fait connaître Maury au monde entier dans les années nonante. Depuis, le domaine s’est peu à peu tourné vers les vins secs avec quelques pépites qui valent largement l’escale. On reconnaît le domaine à son légendaire parc de Dame Jeanne en verre couverte par des boites métalliques colorées en jaune et bleu.

Mas Amiel à Maury

66460 Maury

Tél. + 33 4 68 29 01 02

http://masamiel.fr/fr/

Pour arriver au Mas Lavail il faut quitter la route principale et rouler sur un chemin de campagne quelques centaines de mètres. Le plaisir est ce prix modique. Les cuvées de rouge sont magnifiques, très bien travaillées et valent largement l’arrêt sur image.

Mas Lavail à Maury

Route départementale 117 – km 4, route d’Estagel

66460 Maury

Tél. : + 33 4 68 59 15 22 / + 33 6 20 71 38 57

www.masdelavail.com

A deux pas du charmant village de Belestat, où passait la frontière au moment du traité des Pyrénées, se trouve ce domaine relativement nouveau. C’est là que l’on expérimente quelques méthodes de vinification originales, comme ces jarres munies d’un hublot, entre autres. Les vins sont élégants, marqués par ce vent qui apporte de la fraîcheur aux raisins. Une jolie découverte à faire.

Domaine Paetzold à Belesta 

Lieu dit Lous Sarradets, D38,

66720, Belesta

Tel. : +33 ( 5) 57 83 85 90

domainepaetzold.com/

Sur les premiers frissons du Canigou, au sud-ouest de Perpignan, au milieu des Aspres, sur les territoires de Terrats et de Fourques, s’étendent les vignes du domaine. 44 hectares de vignes implantées sur des territoires différents et complémentaires et dont les particularités expliquent le caractère et la qualité des vins. Bruno Ribière n’est pas un loquace, mais il parle d’or. Et, surtout, il vinifie comme très peu. Les cuvées empreintes du temps, tant en blanc qu’en rouge sont des bombes. Et Cana vaut la noce a tous les coups.

Domaine Ferrer Ribière à Terrats

20 rue du Colombier – 66300 Terrats

Tél. : +33 4 68 53 24 45

http://domaine-ferrer-ribiere.delicenet.com

Ici c’est madame qui vinifie toutes les cuvées du domaine. Monsieur est président de l’association des vignerons de l’appellation et chacun a son territoire. Des vinifications en barriques ouvertes pour les rouges et des macérations longues. Des blancs vifs, nerveux. Une très belle gamme à découvrir absolument.

Château de L’Ou à Montescot

Route de Villeneuve – 66200 Montescot

Tél. : + 33 4 68 54 68 67

Valmy n’est pas qu’une bataille dans l’histoire de France, ou un prénom de gouverneur du Brabant Wallon. C’est aussi le nom d’un chateau situé à un jet de parasol de la mer, au milieu d’un jardin luxuriant, folie architecturale du XIXème siècle. Le chai est hyper contemporain, les éclairages lui donnent des allures presque futuristes. Les vins sont racés, fruités et assez techniques. Un chouette adresse.

Château de Valmy

Chemin du Château de Valmy – 66700 Argelès sur Mer

Tél. : +33 4 68 81 25 70

http://www.chateau-valmy.com/fr/

Madame Pietri ne se prénomme pas Julie, n’essayez même pas la blague elle tombera à plat. Par contre cette femme de caractère vinifie comme pas deux et est une amoureuse de ses Rancios qui évoluent dans des touries en verre au soleil. C’est peu de dire que cette oxydation ménagée est menée de main de maîtresse. Foncez donc à sa rencontre, seule vigneronne encore en activité dans le centre du village, elle mérite toute votre attention.

Domaine Piétri-Géraud

22 rue Pasteur – 66190 Collioure

Tél : +33 4 68 82 07 40

https://www.domaine-pietri-geraud.com/

Nous ne sommes pas dans la localité même, mais bien dans un hameau, près d’un lieu dit historique. Dans un endroit où il n’existe que trois couleurs essentielles à la belle saison. Le gris antracite des shistes, le vert des vignes et le bleu du ciel. Ne croyez pas une seule seconde qu’il s’agisse d’une sinécure, ici les vignerons se battent contre tout, du sol au plafond, pour produire des choses incroyables. Et je suis un peu en dessous de la vérité.

Domaine La Coume del Mas

1, rue de la Madeloc

66650 Banyuls sur Mer

Tél. : + 33 06 86 81 71 32

http://www.coumedelmas.com/fr/

C’est ici que fut créé le premier Banuyls blanc, il y a quelques lustres déjà. Si vous vous arretez au domaine, n’oubliez pas de réserver et demandez aussi si la chambre d’hôte est libre. Cela vaut le coup, et puis comme ça vous ne perdrez rien de la dégustation de la gamme qui vaut largement le détour.

Domaine Vial-Magnères – Clos St-André

14, rue Edouard Herriot

66650 Banyuls sur Mer

Tél. : + 33 4 68 88 31 04

http://www.vialmagneres.fr/fr/

En voyant le logo, une étoile rouge sur fond jaune, certains croiront que Le Ché est de retour. Pas d’inquiètude, ce n’est pas à l’ordre du jour. En visitant ,vous verrez les portraits des ainés célèbres sur les cuves de vinification, un peu comme s’ils étaient élevés au pinacle de la cave. Ne manquez pas de déguster et d’acheter si vos finances vous le permettent, quelques bouteilles datées de votre millésime de naissance. A ce propos, comprenez que les vins doux naturels n’ont pas de DLC et que c’est bien ainsi.

Cave Banyuls l’Etoile

26, av du Puig del Mas

66650 Banyuls sur Mer

Tél. + 33 4 68 88 00 10

http://www.banyuls-etoile.com/

Sur la place de Rivesaltes, votre dernière ou première étape lors de ce petit séjour. Un domaine familial dont j’ai beaucoup aimé les vins secs, mais aussi le Rivesaltes rouge. Une tuerie en résumé.

Domaine Boudau à Rivesalte

6, rue Marceau

66600 Rivesaltes

Tél. : + 33 4 68 64 45 37

https://www.domaineboudau.fr/

Recent Posts
Comments
  • Catherine Desmet
    Répondre

    Merci pour ce magnifique partage, cher Éric. Deux ans que je n’y ai plus mis les pieds et je me rends compte (mais, grave!) que je suis en crise de manque 😉

Leave a Comment

0
https://www.un-peu-gay-dans-les-coings.eu