Une idée à priori toute simple, qui se traduit par un succès qui se confirme d’année en année. Dans le monde chaotique de la restauration, c’est le genre de nouvelle qui donne le sourire.

Un jour, un certain monsieur Toulouse, a posé son sac de grand voyageur à Bruxelles. Venant d’Orient, il avait derrière la tête l’idée d’un restaurant un peu différent. Un endroit dont le Dim Sum serait le centre d’attraction. Vous voyez de quoi il s’agit ? Ces petites bouchées chinoises que l’on trouve presque dans tous les restaurants chinois, fabriquées par les mêmes usines en Hollande ou ailleurs qui ont le même goût et sont toujours plus proches de la balle de squash que de la nourriture pour humain.

Mais Monsieur Toulouse est un gagnant et sa vision de la chose était nettement plus qualitative que ce qui existait déjà sur le marché. Il prit le temps de réfléchir à sa formule, de l’agencer correctement et fit venir de par-delà les océans une équipe de Dim-Sumeur de compète. Ils œuvrèrent à la création de recettes originales, mais aussi classiques, présentées en panier vapeur et le succès fut au rendez-vous dès le premier jour ou presque.

Une équipe de salle savamment managée par une fidèle de chaque instant fut mise sur pied et roule ma poule, l’aventure pouvait commencer. Un entrepreneur a ceci de particulier qu’il a toujours une envie d’aller plus loin chevillée au corps et au cœur.

Ce qui fait qu’aujourd’hui un second Dam SUM a vu le jour dans le bas de la capitale. Dans le quartier Sainte Catherine pour être précis. Il faut dire que depuis que la circulation entre le bas et le haut de la ville ressemble à celle d’un cardiaque en fin de vie, il est plus simple d’ouvrir deux établissements que d’espérer que les clients du haut aillent vers le bas et vice-versa. Aussitôt dit, presque aussitôt fait. La transformation d’un endroit est toujours douloureuse chez nous et ce n’est rien de le dire.

Mais tout cela n’est plus qu’une péripétie à l’heure où je vous écris cet article. L’endroit tourne déjà bien après un été de rodage et la qualité de la cuisine est tout à fait semblable à ce qu’elle est au Parvis de la Trinité.

Le cadre est, par contre, résolument différent, jouant sur une atmosphère post industrielle qui mêle le plastique ondulé transparent à des passoires en plastique en guise de luminaires et de garniture au plafond, en passant par quelques niches un poil plus intimistes pour les tablées de 6. Pour ceux qui ont voyagé en Chine, vous ne serez pas dépaysé, c’est vraiment bien joué.

La déco a évité tous les poncifs du genre en faux Buddha et autres dragons plastifiés, c’est un bonheur pour les yeux. Ajoutez la constance d’un service bien dirigé et le bonheur est au rendez-vous.

Dernier détail et non des moindres, les prix sont doux, comptez plus ou moins 35 euros pour un repas entrée, plat, cocktail et boissons en mangeant. Et, voilà, il ne vous reste plus qu’a y aller maintenant que vous êtes avertis. Quelle bonne idée il a eu, Monsieur Toulouse, de poser son sac chez nous…

Dam SUM

Quai du bois a brûler 51

1000 Bruxelles

Téléphone : 02 446 07 86

www.damsum.com

Recent Posts

Leave a Comment

0