Salut les Lardons, vous allez croire que je fais une fixette, mais la ville-basse de Charleroi, depuis les rénovations, même si tout n’est pas encore parfait, est un peu comme une forêt d’automne après la pluie ; il y pousse un tas de choses vachement bien à découvrir. Et ce n’est pas une blablamatic hein.

Tenez, il y a quelques jours, j’ai poussé, tout à fait par hasard la porte de cet endroit qui se revendique à la fois magasin, bonne table et bar à vins.

Une fois la porte poussée, vous êtes face à un long comptoir divisé en deux parties bien distinctes. D’un côté les boissons de l’autre une micro cuisine où la patronne officie. Femme de caractère, en compagnie de son époux, ils ont fait les beaux jours de La Machine il y a quelques années. Ce projet-ci est plus à taille humaine, tourné autour des produits de qualité. Les producteurs de charcuterie, de fromage, sont nommés avec une certaine fierté. Ce qui fait la qualité de la cuisine, qu’elle soit de bistro ou gastronomique, c’est la recherche des produits. Ici, on s’en fait carrément un blason.

Assis au comptoir, j’ai donc cédé aux sirènes du cholestérol et j’ai commandé la planche de charcuteries et fromages. Je ne suis pas bûcheron, même si souvent j’écris à la hache, et bien, j’ai eu un peu de difficulté à terminer ma portion. Mon camarade de luttes maxillaires avait lui, préféré un sandwich, qu’il m’a dit savoureux et original. Nous avons bu une coupe d’un cava ultra brut, une blonde de la brasserie Dupont et une bouteille d’eau plate tempérée, comme toujours.

Pendant ce temps, la cheffe élaborait une soupe qui me faisait saliver, mais j’ai été héroïque, je n’ai pas craqué ; j’ai juste un peu bavé. J’avais déjà consommé ma ration d’herbivore de la journée pour satisfaire aux cinq fruits et légumes par jour. J’ai mes limites. En allant un peu plus vers le fond de l’établissement il y a sur la droite un petit cellier, et sur la gauche quelques tables. La décoration est simple, très cohérente, les murs servent aussi de tableau noir, des lampes de chantier pendent du plafond créant des îlots d’une lumière chaude. Bref, c’est plutôt intime et chaleureux.

Le choix des vins n’est pas pléthorique mais tout est justifié. Pas que des vins natures, loin s’en faut, bref, il y en a pour tous les goûts. Niveau prix c’est tout doux, nous sommes à Charleroi, donc rien n’est chichiteux, pas de manières le petit doigt en l’air, pas de look à la jemelapètegrave comme dans bien trop de soi-disant bars à vins actuellement où la posture et la morgue remplacent la compétence. Et la barbe et les tatouages font office d’uniforme. Ici, les gens se tutoient, surtout s’ils ne se connaissent pas. Parce que c’est s’t’ainsi da !

Blablah wine 

6, rue de Marcinelle

6000 Charleroi

Tél : 0493/74 91 94

Recent Posts

Leave a Comment

0