In Restaurants

Dans un moment où l’on vient d’annoncer la fermeture d’un seul coup de plus d’une dizaine de restaurant dans la capitale, il est bon de vous entretenir d’un chef plein d’idées…

Roland Debuyst est un de ces chefs insaisissables qui bondissent plus vite et plus loin qu’une balle magique. Par définition, il n’est jamais où on l’attend. Un jour il lance des burgers de compétition, un jour il est dans la création d’une brasserie et cette fois c’est de chez lui qu’il s’agit. Enfin de chez lui, pour être honnête je devrais plutôt écrire de chez eux. C’est que le chef n’est pas seul aux commandes ni de son établissement, ni de sa vie d’ailleurs. C’est que son épouse est aussi un sacré personnage. Elle excelle en salle. Une patronne, une vraie, qui fait tourner la boutique, qui ne s’en laisse pas compter, pour qui, quoi qu’il advienne « Show must go on », bref, une femme de caractère, à la tchatche facile, qui vous emmène là où elle le veut sans que vous ne vous en rendiez compte. Une de ces patronnes mythiques comme on en trouve souvent dans les campagnes de notre joli royaume et comme on n’en trouve vraiment pas assez en ville, même si elles existent ; mais ne sont pas à la mode.

Chez les Debuyst, on peut ajouter au tableau une jeune fille qui embrasse doucement la carrière et qui pousse tranquillement à l’ombre de ses parents terribles. Bref, voilà une famille de passionnés, un endroit qui vit, et se rénove, s’adapte au temps qui court.

Quand, constatant que le « Bistro Orange » commençait à fatiguer, le couple s’est posé un peu pour définir une nouvelle orientation au lieu, c’est tout naturellement que la brasserie intelligente s’est imposée comme une solution. Je vais éviter le mot « bistronomie » parce que non seulement il me donne de l’urticaire, mais en plus il me donne des frissons. Ce mot qui date d’il y a vingt ans, autant d’actualité qu’une crème brûlée ou que de la betterave rouge autour d’une joue de bœuf.

La carte présentée au Bistro R est courte, simple, originale un retour au terroir belge mais sans sombrer dans le bloedpanch ou les chicons au gratin revisités.   La carte visite la cuisine actuelle à la manière « balle magique » du chef, on passe de l’américain et des croquettes aux crevettes grises à la pomme de terre mousseline, œuf à 63°C, crevettes grises, croutons et beurre à la bière blanche sans transition. Mais, surtout, sans exploser son budget. Et puis, petit détail mais qui a toute son importance, les heures d’ouverture de la cuisine permettent d’arriver jusqu’à 22H vendredi et samedi. C’est chouette pour les latins. Et ça commence à 18h, pour les bataves. Bref, c’est vraiment une bonne adresse à se refiler pour l’R de rien, se fai’R très plaisi’R…

 

Bistro R.

Leuvensesteenweg 614

1930 Zaventem

T 02 757 05 59

http://bistro-r.be

Recent Posts

Leave a Comment

0