dans La France, Le vin, Le voyage, melting pot, Restaurants

L’art des choix

A la découverte de l’Ardèche, en quelques caves et autres cavernes…du Chatus au Cornas.

Pour moi, l’Ardèche, c’était avant tout, il y a très longtemps de cela, un feuilleton télé.

Le fameux Ardéchois, Cœur Fidèle, Toussain Rouveyre, les compagnons du Tour de France tout ça tout ça quoi. Bon, d’accord, avec le temps, j’avais entendu parler de Valon Pont d’Arc, des vins de la région et de quelques spécialités fromagères. Mais j’étais un peu léger, je dois vous le confesser.

 

Le TGV, au départ de Bruxelles, nous pose 4h après avoir quitté Bruxelles-Midi en gare de Valence. Et déjà, ça fleure bon le dépaysement. C’est que le vent sent différemment, la lumière brille plus intensément, on est déjà dans le Sud. En quelques kilomètres nous traversons le Rhône et l’Ardèche s’ouvre doucement.

 

Voilà une zone de la France que nous, Belges, connaissons bien et mal à la fois. Pour les clichés à la grosse brosse, le Nord est rempli de moyennes montagnes, de chèvres et de châtaignes ; le Sud de Hollandais et d’Allemands en saison (celle des teutons débute tôt genre avril et se termine tard vers novembre). Ajoutez-y qu’il n’y a pas de gare de passager, pas d’aéroport et pas d’autoroute et vous aurez vite compris que personne ne va en Ardèche par hasard. Et c’est une bonne nouvelle, ces clichés n’étant là que pour effrayer ceux qui ne sont pas décidés. Parce qu’une fois que vos yeux se seront habitués à l’ampleur des paysages, vous serez forcément tombés en amour de pierres, des garrigues, des vallonnements, des failles, des vallées escarpées, des rivières sauvageonnes et des gens.

Domaine Saladin

Première étape nous nous arrêtons chez les Sœurs Saladins, vigneronnes de leur état.

Le domaine est repris depuis quelques années par les deux sœurs, le père aide et soutient encore mais ce sont elles qui décident. Les vins sont à la fois fins et puissants, les cuvées étonnantes. Ce sont des vins de caractère, épicés. Ajoutez-y une belle rencontre, des femmes qui ont les pieds sur terre et font des vins qui leurs ressemblent et vous aurez déjà un magnifique point de chute.

  • Domaine Saladin. Chemin de Coulet. 07700 St Marcel d’Ardèche. Tél : +33 4 75 04 63 20

www.domaine-saladin.com

Raphaël Pommier

Il est temps déjà de poser notre sac et de préparer la soirée.

Un accueil à la propriété, au bord de la piscine, avec une vue magnifique sur des kilomètres à la ronde, assurément, c’est une des plus belles localisations de la région. La propriétaire est américaine et son mari tellement local qu’il est la septième génération à vivre et exploiter un domaine vinicole à cet endroit. La marmaille joyeuse éclabousse la fin de journée de ses rires entre quelques verres de vin de la maison et des fromages de chèvre. Ma chambre est toute simple, avec une magnifique salle de bains dans le prolongement du couchage. C’est moderne dans un environnement rustique. Bref, c’est reposant.

  • Raphaël Pommier. Notre Dame de Cousignac. Quartier Cousignac. 07700 Bourg st Andéol.Tél : +33 4 75 54 61 41

www.ndcousignacvillegiature.fr

La cigale et la fourchette

Il est temps de passer à table. Une auberge de village, dans un hameau perdu au milieu de nulle part. Une tonnelle, des lumignons donnent des allures d’été à l’endroit, mais nous mangeons à l’intérieur. Ici, pas de chipotage, pas de grandes démonstrations culinaires « inspirées ». Non, on est dans le réel, dans l’efficace, le local et le très savoureux. Le gâteau de foie de volaille à la sauce aux cèpes est digne d’un restaurant étoilé, tout comme le mille-feuille glacé aux marrons. Le jeune chef est tout en passion, et, comble de bonheur, l’addiction est réellement abordable, voire très abordable. D’ailleurs le lieu semble être un point de rendez-vous secret dont les adeptes se refilent l’adresse en secret comme des initiés d’une même secte amoureuse de ses papilles. Ne manquez pas de goûter aux liqueurs locales, c’est magnifique !

  • La cigale et la fourchette. Place du Village. 07220 Larnas. Tél : +33 6 33 61 86 24

www.lacigaleetlafourchette.com

SpéléOenologie

Activité SpéléOenologie en compagnie de Raphael Pommier : cette activité est une aventure souterraine pas comme les autres ! Accompagné de Nicolas, breveté d’Etat on embarque pour une randonnée souterraine, une « spéléOenologie ». Vêtu d’une combinaison pour la pratique de la spéléologie, on évolue dans ce réseau au travers de magnifiques massifs de concrétions et de galeries monumentales. Cette exploration s’accompagne d’une dégustation de vin, ces fameux « vins de grotte » qui vieillissent au coeur même de la grotte de St Marcel ! En parfait complice, un viticulteur fait découvrir ce terroir, sentir la matière, partager ce rapport plus intime avec le sang de la terre et ces vins mis à vieillir sous terre… Une activité sportive, ludique, éducative et gustative !

Attention : prévoir des baskets que vous ne craigniez pas d’abimer et une tenue légère pour être à l’aise sous la combinaison de spéléo. J’avais lu mon programme et j’y croyais à moitié. Moi, dans une grotte, en spéléologue du dimanche. Sur la photo je ressemble surtout à Pikatchu qui aurait eu un enfant avec Gros Quick ; il n’empêche que j’ai tout fait. De la promenade, à la dégustation dans le noir absolu en passant par le pont de singe…et j’en suis ressorti heureux comme pas deux. Le bonheur c’est facile parfois, il suffit de peu…

 

Grotte de St Marcel d’Ardèche

Route Touristique des Gorges 07700 St Marcel d’Ardèche

Tél : +33 4 75 04 38 07

https://www.speleo-oenologie.com/

L’olivier de Vincent

C’est d’abord par respect pour la tradition familiale puis pour relancer l’activité économique du petit hameau de Brès que Dominique Vincent a décidé d’ouvrir un moulin à huile. De l’huile d’olive à la tapenade, le moulin de l’olivier de Vincent est surtout un lieu de dégustation, d’échange et surtout de convivialité. Depuis l’été 2007, Céline, la fille, a ouvert son propre restaurant (au-dessus du moulin de son père) « la table du moulin » où elle élabore chaque jour une cuisine simple et parfumée aux accents de terroir. Lorsque nous arrivons sur place, il n’ya personne. Le soleil cogne généreusement, il est 15h et des briquettes, et cela semble aussi peuplé qu’un village fantôme du far-west. Enfin l’homme arrive. Il est sec, noueux, comme ses oliviers sur la colline d’en bas. La petite boutique sent le savon, tourisme oblige, mais ne propose pas que de quoi se laver, n’ayez craintes. Si vous êtes               d’humeur badine, discutez-en avec l’homme de l’art, mais surtout laissez-lui l’occasion de vous parler de son moulin et de ses huiles, il est juste passionnément magique et en plus vous apprendrez des tas de choses…

  • L’olivier de Vincent. Brès. 07230 Payzac. Tél : +33 4 75 36 00 42

www.olivierdevincent.fr

Domaine de Grangeon

Avez-vous déjà entendu parler du Chatus ? Un cépage autochtone, presque tombé dans l’oubli. Christophe Reynouard, au domaine de Grangeon lui donne ses lettres de noblesse contemporaine. Et c’est diablement réussi. A découvrir absolument si vous cassez les pieds de votre entourage à longueur d’années à propos de vos cours et connaissances, autrement dit l’occasion rêvée de vous donner un but de promenade. Le domaine est situé sur les hauteurs de Rosières, au cœur des terrasses de l’Ardèche méridionale, sur 17ha cultivés en terrasses dites « faysses », on trouve différents cépages et pas seulement du Chatus. Mais ce serait une grossière erreur de ne pas le goûter quand même.

  • Domaine de Grangeon. Christophe Reynouard. Balbiac. 07260 Rosières. Tél : +33 4 75 39 54 84

http://domainedugrangeon.free.fr/

L’Oustalou

Après une belle dégustation, il faut toujours un peu de repos, c’est normal tant de concentration fatigue toujours et pas qu’un peu. Direction un mas un peu perdu au milieu d’un petit bois au cœur du Parc naturel Régional des Monts d’Ardèche, l’Oustalou, superbe mas ardéchois, a conservé son âme et son histoire à travers une rénovation qui a su marier pierres, bois, terres cuites patinés à la cire et soulignés par les chaudes couleurs de la chaux. Sur près de 2ha de faysses, la propriété offre calme et plaisir de jouir d’une nature préservée. La piscine un peu à l’écart et en contrebas donne l’impression d’être seul au milieu du monde et offre un magnifique moment de quiétude.

Côté table d’hôtes, Véronique & Philippe jouent résolument la carte des produits du terroir, c’est évident, mais ils ajoutent les magnifiques légumes du jardin une grande variété de plantes et fleurs sauvages. Ils proposent une cuisine faite de cueillettes, de ramassages aux saveurs surprenantes et d’une richesse inouïe. Bonheur supplémentaire, tout le monde mange à la même table ce qui donne l’occasion de rencontrer des accents, des gens différents et de s’enrichir encore un peu plus.

  • L’Oustalou. Véronique & Philippe Alcalde. Augnac. 07260 Rosières. Tél : +33 4 75 39 57 05

www.loustalou-ardeche.com

Terra Cabra

Tant que vous êtes dans le coin, il serait bien bête de ne pas découvrir en profondeur le trésor fromager local : le Picodon. Allez donc rendre visite à l’atelier d’affinage de picodon et du musée « Terra Cabra ». Là-bas, à l’initiative d’un Belge, qui vous racontera volontiers l’installation de ses parents dans le coin ; 15 producteurs fermiers et affineurs ouvrent leurs portes sur leur savoir-faire, de l’herbe à l’assiette. Situé en bordure de la corniche du Vivarais cévenol, dans les paysages du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche, « Terra Cabra » concilie sur un même lieu une activité de production fromagère et la découverte d’une scénographie sur la filière caprine (entretien paysager, élevage, traite, fabrication puis le fromage, du séchage à l’affinage). Bref, un lieu où vous oublierez vos a priori à propos du chèvre et où les enfants seront heureux de découvrir que ce fromage n’est pas forcément du Chavroux…

  • Terra Cabra. Atelier d’affinage Peytot. Quartier de l’Eglise. 07230 Planzolles. Tél : +33 4 75 39 92 31

http://terracabra.com

Domaine Alain Voge

Si comme moi, vous commencez à trouver que le temps se fait long et qu’il y a un bout de temps que plus rien de liquide n’a été dégusté, c’est le moment de se souvenir qu’une belle partie du Rhône septentrional, rive droite, est ardéchois. Entre Tournon et Saint-Péray, dans les AOC Cornas, Saint-Péray, Saint-Joseph et Côtes-du-Rhône. Cultivés entièrement à mains d’homme, les 12ha de coteaux rocailleux et pentus du domaine Alain Voge sont plantés de Syrah et de Marsanne. Domaine de belle taille, peu connu chez nous, c’est un bon marqueur de qualité pour ceux qui veulent découvrir. Les vins sont cohérents et la récente reprise en main des gammes rend aux vins une tenue digne de leur rang. Bref, une très belle découverte à ne pas louper.

  • Domaine Alain Voge. 4, impasse de l’équerre. 07130 Cornas. Tél : +33 4 75 40 32 04

www.alain-voge.com

Hôtel de la Villeon

Et enfin, cerise sur la gâteau, un lieu magique, secret, exclusif, exceptionnel dans tous les sens du terme. Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais j’ai, pour ma part, une certaine tendance à aimer les lieux originaux et plutôt exclusifs ; le luxe réside souvent dans la plus grande discrétion. Je ne parle pas d’un luxe cliquant, entre yachts et créatures de rêves d’Emirs aux jambes infinies et aux regards bovins dès le matin, non, non, pour moi le luxe réside en plus de l’esthétique d’un lieu, dans le service. L’accueil comme si vous étiez un habitué depuis toujours, une directrice hors normes, qui bichonne son hôtel comme s’il s’agissait d’un bien de famille depuis des générations. Une fois la porte d’entrée relativement anonyme franchie, on arrive dans grand couloir. A gauche une cave aménagée pour y pratiquer la dégustation ou des conférences. Devant nous, à droite de l’escalier majestueux, la réception. Enfin, un petit comptoir qui nous donne le sentiment d’arriver dans un club ultra privé plutôt qu’à l’hôtel. En montant vers les étages, le mix délicat entre les éclairages ultra contemporains et l’ameublement grand style éclate petit à petit. L’endroit est travaillé en espaces relativement petits, ce qui rend une compréhension d’ensemble complexe, mais qui renforce le côté exclusif et bonbonnière de l’hôtel. Dès qu’il fait un peu beau, la cour intérieure se transforme en terrasse couverte où il fait bon manger à l’ombre des parasols blancs. Le jardin suspendu ouvre directement vers les collines qui font la vallée du Rhône. Si le cœur vous en dit, n’hésitez pas de louer un vélo (électrique, faut pas trop déconner non plus, le sport c’est bon pour les professionnels de la chose, pour les autres c’est toujours un risque, et en plus dans le coin les pentes sont raides…) pour grimper sur le sommet de la vallée et contempler l’océan de vignes qu’est cette partie de l’Ardèche.

  • Hôtel de la Villeon. 2 rue Davity. 07300 Tournon-sur-Rhône.Tél : +33 4 75 06 97 50 – Valérie Antomarchi (directrice)

www.hoteldelavilleon.com

En un mot comme en cent, j’espère que vous aurez découvert de nouvelles adresses, que vous aurez envie de vous y rendre, de les découvrir, de les aimer et de vous y faire plaisir. L’Ardèche s’aime à pied, à cheval, en caravane, en canoé, en hôtel de charme, en maison de luxe, toujours avec des saveurs fortes, variées, et, franchement, avec en fin de bouche toujours un petit goût de revenez-y…alors n’hésitez pas, revenons-y bien vite.

 

Plus d’infos sur l’Ardèche :

https://www.ardeche-guide.com

Derniers articles
Comments
  • SchuuultZ
    Répondre

    Ooooh oui, le picodon !
    On en trouve, de temps en temps, dans une fromagerie du centre de Namur.

    Il ne provient pas de « terra cabra » mais il est tout aussi intéressant.

Laisser un commentaire

0